Pessac 2010 // Le programme // Les ateliers // Les ateliers du vendredi 9 juillet

Les semences paysannes, une volonté et des expériences à partager au Sud et au Nord

Les Paysans au Nord et au Sud, s’organisent pour protéger la biodiversité des variétés de Pays, produire et améliorer eux-mêmes leurs semences. Deux Organisations professionnelles : BIO D’AQUITAINE et l’Union des Producteurs de Zogbodomey en République du Bénin (UCP-Z) témoignent de leurs initiatives, et débattent autour de l’enjeu de la réappropriation des déterminant pour le maintien d’une agriculture familiale autonome, responsable, et contribuant à l‘autosuffisance alimentaire.

Descriptif :

Les politiques libérales de dérégulation prônées par la Banque Mondiale et l’intérêt soudain des groupes financiers internationaux pour les marchés des matières premières, ont eu des conséquences catastrophiques sur les importations des PED, causant au printemps 2008, une grave crise alimentaire marquée par des émeutes de la faim dans de nombreux pays du Sud.

En réponse, et avec l’appui des « bailleurs » internationaux, de nombreux programmes d’urgence ou de sécurité alimentaire ont vu le jour, distribuant ou subventionnant sans discernement l’accès aux moyens de production (engrais, semences, mécanisation…), mais aussi avec des résultats encourageants sur l’augmentation de la production vivrière.

Dans ce contexte globalement favorable au développement agricole : quelle est la place et les risques pour l’agriculture familiale entre une nécessaire intensification des moyens de production, et des réponses et modèles trop souvent importés du Nord et imposés aux paysans ?

Des initiatives paysannes locales existent au Nord, mais aussi au Sud, redonnant aux paysans un rôle central comme « propriétaires et acteurs de leur développement. C’est le cas des ateliers de production de semences paysannes visant à permettre aux producteurs de se réapproprier les schémas de sélection et choisir les variétés qu’ils souhaitent produire/conserver.

L’atelier a proposé de mettre en lumière le partenariat de paysan à paysan initié, entre l’UCP Zogbodome, et BIO D’Aquitaine autour de la production et la sélection de semences paysannes.

Au-delà de l’échange d’expériences et du partage de techniques communes, quels sont les objectifs poursuivis par ces agriculteurs engagés ? Sont-ils les mêmes au Nord et au Sud ? Quels enseignements tirer de la collaboration entre ces 2 organisations paysannes ? Un même modèle d’agriculture au Nord et au Sud est il possible ou souhaitable ? Quelles alliances paysannes sont à développer pour une souveraineté alimentaire mondiale ?

La participation du coordonnateur du GRDR Bakel/Matam qui a également un programme d’appui à la production de semences a permis de partager d’autres initiatives au Mali et en Mauritanie.

Intervenant(e)s :

- Lionel Guezodje (UCP-Zogbodome, Bénin)
- Bertrand Lassaigne (BIO d’aquitaine)
- Demba Sow (GRDR Bakel, Matam)
- Jacques Ravail (AFDI aquitaine)

Objectifs de l’atelier :

- Échanges autour d’expériences

Durée:2h

Synthèse :

Environ 40 participants lors de cet atelier consacré à la production des semences paysannes, et cela en confrontant les expériences au Nord et au Sud.

Pour cela quatre intervenants dans la table ronde :
- Lionel GUEZODJE, agriculteur et zootechnicien, Président de l’Union Communal des Producteurs de Zogbodomey au Bénin ;
- Bertrand LASSAIGNE, agriculteur bio dans le Périgord, pionnier de la sélection participative des semences en Aquitaine ;
- Demba SOW, agroéconomiste, gestionnaire de projet au GRDR ;
- et Jacques RAVAIL, agronome, représentant L’AFDI Aquitaine, animateur de la discussion.

Des échanges pertinents et constructifs ont eu lieu entre les participants et intervenants, et en voici les grandes conclusions :

Bertrand Lassaigne, de retour d’une longue mission au Brésil, ainsi que quelques participants, témoignent de la vitalité de la démarche de protection de la biodiversité végétale et d’une sélection participative efficace en Amérique latine. Il semble essentiel de partager cette expérience (issue culturellement du concept Terre Mère des Indiens).

Un travail considérable reste encore à faire sur la caractérisation des variétés paysannes, celle-ci doit mobiliser les associations de consommateurs afin d’en asseoir la valeur nutritionnelle et gustative. Il n’y a pas assez de diffusion de ces arguments.

Une attention toute particulière doit être apportée à l’évolution de la législation sur les semences.

L’un des points fort partagé par Lionel Guezodje et issu de la discussion est la nécessaire mobilisation des « Politiques » dans la reconnaissance des variétés locales, et d’en faire des alliés objectifs : il faut obtenir la prise en compte dans la LOA (loi d’orientation agricole) d’une disposition semences locales, il est encore temps et l’enjeu est fort au Sud.

Pour clore l’atelier nous avons demandé aux trois intervenants de dégager leur idée « phare », en forme de projet pour la suite de cet atelier :
- Demba Sow : s’informer en continu au plan international, mais agir efficacement au plan local (faire un choix d’actions, par exemple la caractérisation des variétés locales…).
- Bertrand Lassaigne : mon expérience personnelle, notamment en Amérique Latine , démontre que le savoir-faire paysan est immense, il faut se l’approprier, le faire partager et le diffuser.
- Lionel Guezodje : solidaire des deux avis précédents, il affirme aussi que les producteurs (la société civile) ont parfaitement montrés que les variétés « locales » ont des choses à prouver, et que ce sont les Paysans qui doivent être dépositaires de la démarche.

Documents complémentaires :

- Infos du partenariat sur le site Afdi
- Plaquette de présentation AgrobioPérigord
- Cahier technique semences paysannes- Bio d’Aquitaine
- Powerpoint mission afdi à l’UCP Mars 2010

Organisé par  : AFDI Aquitaine, AgroBio Périgord, Bio d’Aquitaine.