Le 7 juillet, séance d’ouverture

// 15h30 : Les discours d’accueil //

- Anne Cordebart - Présidente du RADSI,
- Bernard Salamand - Président du CRID,
- Marie Bové du Conseil régional d’Aquitaine,
- Martine Jardiné du Conseil général de Gironde,
- Jean-Jacques Benoît - Maire de Pessac et vice-président de la Communauté Urbaine de Bordeaux.

// 16h15-18h30 : La table ronde //

Pour lancer la thématique « Écologie, social, libertés : la solidarité internationale comme sortie
de crises », une conférence plénière a été proposée à laquelle étaient invitées des personnalités
du Nord et du Sud afin de croiser leurs analyses et leurs expériences sur ces enjeux.
La crise marque essoufflement d’un système et confirme les critiques portées par nombre d’associations et
mouvements sociaux, populaires et citoyens. L’urgence est à la fois écologique, sociale, géopolitique et démocratique.
Mais si cette crise globale aggrave les inégalités, la pauvreté et les discriminations, elle offre aussi des
opportunités : le capitalisme néolibéral est ébranlé, le défi est de faire entendre une autre manière de penser le
monde et de le transformer, l’exigence d’un autre mode de développement économique et social, d’imposer des
règles contraignantes à la folie financière et à la concurrence débridée, de remettre au centre le bien être humain
et la protection de la biosphère, de tisser des relations internationales solidaires. À l’heure où la solidarité peut
devenir un délit, où les mouvements sociaux sont criminalisés et les libertés restreintes par des politiques sécuritaires,
ces alternatives doivent être le levier du changement, capable de peser sur la communauté internationale
et d’opérer de véritables transformations sociales.
À travers cette table ronde d’ouverture de l’Université d’été de la solidarité internationale, l’objectif est d’analyser
la crise dans sa complexité. Chaque intervenant sera amené à présenter son analyse du contexte actuel. Les
échanges permettront de mettre en avant des alternatives pouvant être des leviers du changement au niveau
local ou global et, surtout, de comprendre dans quelle mesure la solidarité internationale est un enjeu crucial
pour une sortie de crise.
Cette table ronde a amorcé l’ensemble des échanges, débats et réflexions de cette Université d’été.

Intervenant(e)s :

- CAMILA MORENO est membre des Amis de la Terre au Brésil.Chercheuse en sociologie, elle travaille avec les mouvements sociaux du Brésil et d’Amérique latine pour mettre en lumière les enjeux sociaux et environnementaux des biotechnologiques et de l’expansion de l’industrie agroalimentaire. Ces écrits et activités récentes se sont principalement orientés sur les impacts territoriaux des agrocarburants, des grandes exploitations agricoles et sur les nouveaux mécanismes de réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à la déforestation et la dégradation forestière (REDD).

- MADJIGUÈNE CISSÉ est née au Sénégal et a vécu en France où elle a notamment été une des coordinatrices du mouvement des Sans papiers en 1996-2000. Depuis 2000, cette militante, professeur d’allemand s’est engagée dans le Réseau des Femmes pour le Développement Durable en Afrique (REFDAF) et se bat pour la création de la Cité des femmes à Dakar.

- NADIA KHROUZ est représentante du Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants. L’association marocaine s’est fixée comme mission de participer à la mise en œuvre effective des droits des étrangers et des migrants, d’œuvrer pour le respect de leur dignité, pour l’égalité de traitement et contre toutes les formes de discrimination et de racisme. Pour ce faire, l’association se base notamment sur l’observation et l’analyse des politiques migratoires et de leurs effets, la sensibilisation et le plaidoyer, l’action juridique et judiciaire, la promotion de l’interculturalité, le travail en collaboration et en partenariat avec les associations et les migrants eux-mêmes.

- HERVÉ KEMPF est essayiste, auteur du livre « Pour sauver la planète, sortez du capitalisme » (traduit en portugais, italien et bientôt en espagnol et brésilien). Considérant que l’exacerbation de l’individualisme a transformé la culture collective, et soulignant les articulations entre crises écologique et sociale, il estime que la solution à la crise écologique passerait par un retour du sentiment collectif, et donc par la sortie de la culture capitaliste. Spécialisé sur les questions environnementales, sur lesquelles il écrit depuis une vingtaine d’années, il est à l’origine du site www.reporterre.net et se définit lui-même comme « objecteur de croissance ».

- MICHEL WARSCHAWSKI est un militant pacifiste israélien, président du mouvement Centre d’information alternative (AIC). Michel Warschawski passe ses premières années à Strasbourg puis décide, à 16 ans, de partir pour Jérusalem où il entreprend des études talmudiques. En 1967, il adhère au Matzpen, le nom de son journal mensuel pour lequel il crée en 1984, le Centre d’information alternative, qui rassemble plusieurs mouvements pacifistes israéliens et organisations palestiniennes. Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine.

- NICHOLAS CHINAPANN est fondateur et directeur actuel d’IRDS (Integrating Rural Development Society),fondé en 1978, suite à des violences organisée contre les Dalit, au Tamil Nadu, dans le district de Villupuram.12 morts et plus de 2000 maisons appartenant à des Dalit furent réduites en cendres. Nicholas décida alors de fédérer les communautés Dalit pour mieux les défendre. Ainsi furent créées les premières associations Ambedkar pour assurer la défense des droits humains des Dalit. En 1980, il y avait 12 associations Ambedkar formées par IRDS dans 12 villages ; en 2009, IRDS travaillait dans 150 villages.IRDS s’est donné pour mission de défendre le droit d’accès à la terre des Dalit, et plus largement tous les droits humains des Dalit et des groupes marginalisés (femmes, pêcheurs, petits paysans…).A l’échelle internationale, l’objectif est la mise en réseau avec d’autres organisations paysannes et mouvements sociaux dans le monde et par la sensibilisation de la communauté internationale notamment au sein des Nations Unies sur la cause Dalit.

- Animateur : GUSTAVE MASSIAH est une des personnalités centrales du mouvement altermondialiste.
Il a été membre fondateur du CEDETIM (Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale), de l’AITEC (Association internationale de techniciens, experts et chercheurs) et du réseau IPAM (Initiatives pour un autre monde). Il est membre fondateur et membre du Conseil scientifique d’ATTAC (dont il a été vice-président de 2001 à 2006) et du Conseil International du Forum Social Mondial où il y représente aujourd’hui le CRID (dont il a été président de 2000 à 2010). Il a publié de nombreux écrits sur les thématiques du développement, des rapports Nord/Sud, de la solidarité internationale, des droits économiques, sociaux et culturels.

// 19h : La soirée d’ouverture //

- Buffet et vin d’honneur offerts par la mairie de Pessac
- Opéra urbain en wolof et français, extrait de « Leena »
- Pièce de théâtre « Humus » de Pierre Rabhi jouée par la Compagnie des enfants du paradis

P.-S.

Vidéos mises en ligne par Netoyens.info, média alternatif, réalisation foumoune@gmail.com. Retrouvez les vidéos et les résumés sur le site de Internet des Netoyens