Module 4

Nous n’avons qu’une seule planète !

Comment définir un modèle de développement écologiquement soutenable et socialement juste ? Une réflexion autour du partage des ressources naturelles, de la surconsommation et de la nécessité de contrôler l’activité des multinationales.

Descriptif :

L’exploitation des ressources de la planète génère non seulement pollution, épuisement des ressources, dérèglement du climat et extinction des espèces, mais aussi pauvreté, inégalités et mal développement. En comprendre les causes et prendre conscience de l’impasse dans laquelle nous mène notre modèle de développement est nécessaire afin de redéfinir des modes de production et de consommation qui soient écologiquement soutenables et socialement justes. C’est l’objectif de ce module, dans la perspective de la campagne lancée par le réseau « Une seule planète ».

Déroulé :

-Matinée 1 : Les impacts sociaux et environnementaux de l’exploitation actuelle des ressources de la planète sont majeurs.

A partir de quelques cas concrets, cette première matinée a dressé un panorama - non exhaustif ! - de ces impacts. L’objectif était de comprendre les mécanismes et acteurs responsables de cette mauvaise gestion des ressources naturelles.

Intervenant(e)s :

- Nicolas Van Nuffel (Centre national de coopération au développement CNCD 11.11.11, Belgique) et Nathalie Péré-Marzano (CRID) ont présenté, au nom des co-organisateurs de ce module, les enjeux de la thématique.
- Camila Moreno (Friends of the Earth, Brésil) est intervenue sur les enjeux globaux, sociaux et écologiques, dans un contexte de crises.
- Joseph Bobia (Réseau ressources naturelles, République démocratique du Congo) a évoqué son expérience de mobilisation contre le pillage des ressources minières, gazières et forestières en RDC.
- Marc Ona Essangui (Coalition Publiez ce que vous payez, Gabon) a témoigné de son expérience - pour laquelle il a reçu le Goldman Environmental Prize en 2009 - notamment contre l’exploitation d’une gigantesque mine de fer au Nord-Est du Gabon.
- Mamadou Mignane Diouf (Conseil des ONG d’appui au développement CONGAD, Sénégal) a parlé principalement des enjeux autour de la pêche.
- Frédéric Landy (laboratoire de géographie Gecko, Paris X Nanterre, France), a évoqué le rôle ambigu des États pour la gestion des ressources naturelles en Asie.
- Sylvain Angerand (Amis de la Terre, France) a synthétisé cette première matinée en mettant en évidence les mécanismes globaux sous-jacents à l’exploitation actuelle non durable et non équitable des ressources naturelles.

-Matinée 2 :
C’est notre modèle de développement lui-même qui est basé sur cette exploitation non durable et non équitable des ressources naturelles.

L’objectif de cette deuxième matinée était d’identifier les leviers d’action possibles, au Sud et au Nord, locaux et globaux, pour redéfinir des modes de production et de consommation qui soient écologiquement soutenables et socialement justes.

Intervenant(e)s :
- Fanny Simon (AITEC-IPAM, France) a introduit la thématique de cette deuxième matinée afin que les mécanismes responsables de la mauvaise gestion des ressources naturelles identifiés la veille amènent à une réflexion sur les leviers et alternatives à l’échelle globale comme locale.
- Peter Fuchs (Weed, Allemagne) a évoqué les enjeux en termes de pression sur les politiques commerciales européennes en faveur d’un « développement durable » et la réglementation contraignante des multinationales.
- Sylvain Angerand (Amis de la terre, France) a présenté les analyses et propositions du réseau international des Amis de la Terre en termes de diminution de la consommation des ressources naturelles de l’Union européenne et des initiative plus locales menées en ce sens telles que le réseau des villes en transitions.
- Lise Trégloze (Fédération Artisans du monde, France), a évoqué le commerce équitable en tant qu’outil économique et politique.
- Joseph Bobia (Réseau ressources naturelles, RDC) a parlé de la gestion communautaire des forêts en RDC.
- Aissa Mbow (ONG des villageois de Ndem, Sénégal) a témoigné d’un projet de développement local et intégré.
- David Erhart (FADM) a synthétisé cette deuxième matinée sur les initiatives pour exiger des changements globaux et les enjeux de la campagne de mobilisation qui va être menée par le réseau « Une seule planète » à partir de septembre 2010.

-Matinée 3 :
L’objectif de cette troisième matinée était de présenter la campagne citoyenne « Une seule planète » aux participants de l’Université d’été en leur proposant de s’approprier les messages et les outils de cette campagne.

Cette matinée a été animée par plusieurs organisations membres du réseau « Une seule planète ».

Pendant cette matinée, a été organisé une visite de l’exposition pédagogique interactive sur les enjeux de la gestion durable et équitable des ressources naturelles, animée par les Petits débrouillards. Cette exposition, installée pendant toute la durée de l’Université d’été, a été proposée à partir d’octobre 2010 à l’ensemble des groupes et organisations locales qui souhaitaient la faire venir dans leur ville, notamment en lien avec la campagne de mobilisation « Une seule planète ».

Documents complémentaires :

- Hors Série n°9 d’Altermondes - « Nous n’avons qu’une seule planète », printemps 2010.

- sites internet

Une seule planète

CNCD-11.11.11

AITEC-IPAM

Les Amis de la Terre

Artisans du monde

Réseau ressources naturelles

CONGAD

WEED

Publiez ce que vous payez

P.-S.

Organisé par : CRID, AITEC - IPAM, Fédération Artisans du Monde, Les Amis de la terre, CNCD 11.11.11, laboratoire Gecko – Paris X Nanterre (membre du réseau Une seule planète).