Atelier 32

Le monde change... et nous ? Dialogue avec le Mouvement de l’Économie Solidaire sur les enjeux des luttes pour une démocratisation des sociétés, du Nord et Sud

Comment penser le monde qui vient ? Échanges avec des militants et chercheurs de l’économie solidaire.

Descriptif :

Les échanges au sein de l’atelier ont été organisés autour de deux axes de réflexion pour penser des approches nouvelles de la solidarité, et nous avons invité des représentants du mouvement de l’économie solidaire (MES) à contribuer à nos réflexions :

- Quelles pistes pour des formes nouvelle d’organisation des ASI ?
Certaines réalités interrogent nos fonctionnement habituels : le vieillissement des adhérents, la réticence des jeunes à entrer dans la plupart de nos associations traditionnelles, la professionnalisation, la baisse tendancielle des subventions publiques qui hypothèque l’équilibre des budgets..

Doit-on penser qu’il s’agit-là d’une évolution culturelle qui met en danger l’avenir de nos organisations ? Ne conviendrait-il pas d’imaginer des formes de gouvernance, de financement et de management qui répondent aux exigences du temps présent.

- Quels nouveaux modes et champs d’action de solidarité ici et dans le monde ?
La crise n’est pas seulement un problème financier. Nous sentons plus ou moins
confusément que nous vivons un changement des relations à nous-mêmes, aux autres et au monde.

Mais comment penser notre être au monde, notre rapport au savoir, notre conception du travail, notre vision de l’avenir dans ce monde nouveau ? Comment inventer une éthique des relations à la nature, cette Maison commune quand les humains n’en sont plus seulement les habitants, mais en sont des parties ? Comment appréhender la mutation qui métamorphose notre univers mental et matériel ?

Cet atelier participait à la démarche du Forum Mondial Sciences et Démocratie (FMSD).

Intervenant(e)s :

- Bruno Lasnier (MES)
- Lionel Larqué (AFPD)
- Jean Louis Laville (CRIDA)
- Laetitia Million (ARDES)
- Hervé Bernard (CITIM)

Objectif de l’atelier :

- Convergence et élaboration

Durée : 3h

Synthèse :

Cet atelier s’est proposé de réfléchir aux nouveaux enjeux auxquels se confrontent les associations du CRID : avenir menacé de nos associations (professionnalisation et précarité dans nos organisations, désaffection des jeunes militants, baisse tendancielle des subventions publiques...), approche traditionnelle des relations Nord-Sud inadéquate et injuste.

D’une part, il est question de réfléchir aux moyens permettant de s’approprier les contributions des Suds à la réflexion sur le « développement » et d’autre par à l’adéquation de nos modes d’organisation politiques à nos modèles économiques, et de l’articulation, ici et là-bas, de ces deux dimensions.

Ce rapprochement est voulu et déjà initié par différents acteurs sur le territoire (RTES, ARDES, CADR, Collectif Ekisoleko, Maison des citoyens du Monde, etc.)
Hypothèses de travail :
a/ Absence d’analyse de nos modèles économiques, de nos stratégies de consolidation, de croissance ou de décroissance.
b/ Le monde associatif se voit plaquer un modèle de rationalité économique, des modes de gestion, des façons de penser le monde (et la solidarité) qui ne tiennent pas compte de la diversité des situations, des catégories d’acteurs et d’actions.
Il s’agit donc :
- de se réapproprier l’économie, c’est de faire de « la chose » économique un outil de la lutte, de l’émancipation et du renforcement de nos initiatives ;
- d’« apprendre des suds ». L’explosion des innovations socio-économiques et sociales partout sur la planète constitue un vivier d’apprentissage sur le monde ;
- de répondre à la question et des enjeux des jeunesses (Évolution de la pyramide des emplois, évolution des sociologies associatives et des modes de militance, augmentation massive de la paupérisation chez les jeunes générations, ajouté à un nombre accru de diplômés souvent sous-employés) ;
- d’expliquer le peu de moyens déployés à l’analyse et à l’échange de pratiques. Il y a un enjeu d’intelligence collective, il y a besoin d’inventer du nouveau.

En conclusion :
- Pas de claire conscience de notre rôle et de nos fonctions économiques.
- Question des alliances avec des chercheurs, des professionnels, des acteurs de secteurs économiques importants.

Un groupe de travail piloté par le CRID et le MES se met en place et souhaite se retrouver pour un point d’étape à Dakar au Forum Mondial Sciences et Démocratie, dont la seconde édition se déroulera les jours précédents le prochain FSM, les 4 et 5 février 2011. Les problématiques soulevées sont les suivantes :
- Comment construit-on ces lieux mutualisés entre les acteurs de l’ES et de la SI ?
- Quel sens politique devons-nous donner à ces initiatives, à ce décloisonnement de nos activités ?
- Quels seraient les enjeux de ces stratégies « foncières », d’autonomisation ?
- Comment arrive-t-on à partir de ces rencontres à faire prendre conscience au citoyen ordinaire que nos modèles économiques ici ont des impacts là-bas ?

P.-S.

Organisé par : CITIM/CODASI Basse-Normandie, Mouvement de l’économie solidaire, Centre de Recherche et d’Information sur la Démocratie et l’Autonomie, Association française des Petits débrouillards, Association Régionale pour le développement de l’Économie Solidaire Basse-Normandie, chercheurs et acteurs du Forum Mondial Sciences et Démocratie.