Atelier 15

Produire et se nourrir près de chez soi

Vers l’autosuffisance alimentaire : au Sud pour des populations vulnérables (exemples à Cuba et en RDC) et au Nord (exemple du jardin collectif à Pessac) pour proposer une alternative à l’agro industrie, en favorisant des pratiques de production et d’autoproduction alimentaire dans une perspective durable.

Descriptif :

Regards croisés sur des pratiques de production agricole respectueuses de l’environnement

Problématique : Comment assurer l’alimentation de l’être humain tout en garantissant son autonomie économique et le respect de l’environnement ?

Objectif recherché : Faire rencontrer différents acteurs du Nord (France) et du Sud (RDC, Cuba) qui ont témoigné de leur expérience dans la mise en place de processus d’appropriation des moyens de production par les populations locales dans le but d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, productive, économique, sans que leurs activités ne soient nuisibles à leur santé ni à leur environnement.

Cet atelier a permis de mettre en perspective ces pratiques de développement local durable avec la solidarité internationale.

Intervenant(e)s :

- Gloria Verges (FAL33)
- Carmen Cabrera Lopez (Fondation Antonio Nuñez Jiménez La Nature et l’Homme)
- Josyane Perez (Coeur soleil)
- Dorothée Eisenbeis et Emmanuel André (Terre d’ADÈLES)
- Christophe Kenderian (Fal 33)

Objectifs de l’atelier :

- Échanges autour d’expériences

Durée : 3h (1h30 d’exposés et 1h30 de débat)

Synthèse :

L’atelier « Produire et se nourrir près de chez soi » a été l’occasion de découvrir trois initiatives différentes touchant des pratiques de production agricole respectueuses de l’environnement dans le but d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, productive, économique, sans que ces activités ne nuisent à la santé.

Les expériences présentées à Cuba, en République Démocratique du Congo et en France ont montré qu’un des éléments clé pour faire face aux dimensions de la crise globale (écologique, sociale, économique, géopolitique) est la mise en place de processus d’appropriation des moyens de production par les populations locales. Bien évidemment, ce processus se voit renforcé par des échanges avec d’autres partenaires locaux, inter régionaux et internationaux. Des échanges variés qui permettent de partager des savoir-faire, et aussi d’apprendre de nouvelles techniques, de créer des réseaux qui favorisent les liens sociaux et la motivation des acteurs impliqués. Ainsi, les pratiques du développement local durable vont de pair avec la solidarité internationale.

Tant le comité local de Bordeaux de l’association France Amérique Latine que l’association Cœur Soleil ont montré des projets conçus comme un pont entre deux cultures (FAL33 avec Cuba et Cœur Soleil avec RDC). Le déroulement de l’Université d’été de la Solidarité Internationale a consacré la rencontre avec d’autres acteurs français travaillant dans des alternatives agricoles. Ce fut l’occasion de développer en détail la spécificité de la permaculture laquelle est une méthode alternative d’aménagement du territoire qui vise l’intégration harmonieuse des humains, des animaux, des plantes et de la terre.

Cet atelier a permis d’échanger avec le public sur les enjeux des projets tels qu’ils ont été présentés afin de surmonter les difficultés qu’ils affrontent. Différents apports ont été donnés et de nouvelles pistes de travail en commun ont surgi.

Documents complémentaires :

- Site du Comité Français pour la Solidarité Internationale
- Site de FAL 33
- Site de Terre d’Adèles
- Site de Coeur Soleil

* Atelier traduit en espagnol et en français

P.-S.

Organisé par : Comité Local Bordeaux – Gironde de France Amérique Latine (FAL 33), Terre d’Adèles, Cœur Soleil.