Atelier 9

Dix ans de processus des Forums sociaux mondiaux, et maintenant ?

Quelles questions et opportunités sont posées aujourd’hui au processus des Forums sociaux mondiaux pour faire face à la crise globale, pour construire cet autre monde ? Quels places et rôles des organisations, réseaux et mouvements en France, de l’échelon local au national, dans les débats qui animent les acteurs de ce processus, au sein notamment du mouvement altermondialiste ?

Descriptif :

Fin janvier 2010, le CRID participait au séminaire des 10 ans du processus FSM, à Porto Alegre, qui lançait ainsi la quarantaine d’initiatives de l’édition 2010 du Forum Social Mondial. Participation inattendue à ce séminaire (5000 personnes), débats très riches, ceci n’a pas empêché une fois de plus la plupart des médias et commentateurs d’annoncer « l’essoufflement » et « l’épuisement » du processus.

Pourtant, de plus en plus d’organisations, réseaux et mouvements n’ont cessé de s’impliquer dans ce processus depuis son lancement en 2001, à travers les événements mondiaux de Porto Alegre, Mumbai , Nairobi ou Belém, à travers des forums thématiques, régionaux mais aussi par le développement d’une dynamique au niveau local amplifiée par la semaine globale d’action de 2008 et l’opération « Belem étendu » (les Forums Sociaux Locaux sont une cinquantaine en France).

Espaces de débat et de construction d’alternatives, espaces d’une autre approche du débat politique basé sur l’horizontalité, l’auto-organisation et la diversité, quel peut et doit être l’avenir de ce processus ? Et comment pouvons-nous contribuer à construire cet avenir, dans nos organisations, et ensemble avec le CRID ?

Intervenant(e)s :

- Michel Warschawski (Alternativ Information Center, Israël)
- Hélène Cabioc’h (AITEC-IPAM)
- Geneviève Azam (ATTAC)
- Nathalie Péré-Marzano et Gustave Massiah (CRID)
- Lise Trégloze (Fédération Artisans du monde)

Synthèse :

Le contexte actuel est celui d’une crise non pas seulement du néo-libéralisme, mais aussi du capitalisme, et plus largement, une crise de civilisation. Cette analyse est notamment portée par les mouvements de peuples indigènes (ou peuples originaires).

Un des enjeux aujourd’hui est de questionner « l’hégémonie culturelle » (Gramsci). Quelles nouvelles valeurs porter ensemble ? La question d’une « nouvelle universalité » sera un des thèmes discutés à Dakar lors du prochain FSM centralisé (à Dakar, du 6 au 11 février 2011).

3 grandes questions émergent :

- Le bien vivre. Quel développement voulons-nous ? Quelle richesse ? cette question vient aussi du Sud, elle n’est pas seulement posée par le Nord.

- Les biens communs. Comment les définir ? Faut-il extraire ou non les ressources à tout prix ?

- Revendication de nouveaux droits (4ème génération de droits). Après les droits civils et politiques, les droits économiques, sociaux et culturels, les droits des peuples à l’auto-détermination, une 4ème génération de droits est aujourd’hui posée : celle de la liberté de circulation, des droits de la Terre mère…

Le Forum Social Mondial célèbre cette année ses 10 ans d’existence. Il y a 10 ans, on était dans l’ère Reagan, Thatcher… Le FSM a permis de rompre avec ce discours unique en affirmant qu’ « un autre monde est possible ».

Globalement le FSM est perçu très positivement par les organisations et mouvements qui y participent : Il permet le décloisement, l’échange, la création d’alliances, autour des droits avant tout.

Le FSM est un espace de discussion et de débat uniquement. Certaines critiques s’élèvent contre ce manque de prise de décisions mais c’est aussi ce qui fait la force du FSM : son ouverture et l’absence de dogmatisme. Si les FSM ne produisent pas d’actions en tant que tel, beaucoup d’initiatives naissent de rencontres et de débats et peuvent déboucher sur des campagnes. Ces actions font masse si on les accumule.

Plusieurs enjeux sont identifiés pour la poursuite du processus FSM :

- Son extension : notamment à l’Est, en Scandinavie, dans le monde arabe.

- L’articulation avec le politique (même si les partis n’ont pas leur place dans le forum)

- Les liens avec la nouvelle génération militante

- Comment mieux communiquer sur le FSM, pour faire connaître le processus ? Comment rendre le FSM plus accessible ? Comment aller au devant des nouveaux publics ?

P.-S.

Organisé par  : Réseau IPAM, CCFD - Terre Solidaire, Groupe Banyan, ATTAC, Réseau de Facilitation des Forums Sociaux Locaux (FFSL), CRID.