Jeudi 7 juillet

Vivre sa vie dans son village, une utopie ? Le drame des Bédouins d’Um Al Hiran et d’Al Araqib

L’expropriation de dizaines de milliers de Bédouins du Néguev (Naqab), de nationalité israélienne, afin d’y construire des villes « juives », constitue la poursuite d’une seule et même politique mise en œuvre pendant tout le XXème siècle : la dépossession d’un peuple de sa terre et son remplacement par un autre peuple.

110 000 Bédouins peuplaient le NEGUEV avant 1948. Il n’en restait plus que 11 000 en 1960. Après la guerre des 6 jours (1967), après de nombreuses expulsions, ils furent regroupés dans une réserve, le SIYAG. De monstrueux projets d’aménagement du désert ignorent aujourd’hui ces citoyens israéliens. Pourtant ils résistent au rouleau compresseur des démolitions, du harcèlement…. et de la « modernité ».
C’est l’histoire de ce peuple, de cette minorité palestinienne qui a longtemps cherché la protection de la puissance coloniale, que nous voulons faire connaitre avant que l’Histoire ne parvienne à la faire passer définitivement du côté de l’oubli.

Documents et liens complémentaires :

- Numéro hors série de la revue « De l’autre côté » : « (Israël) le désert des Bédouins »

Retrouvez les documents présentés lors de l’atelier au bas de la page.

Intervenant-e-s : Amjad IRAQI (Adalah ( Organisation indépendante de défense des droits de l’homme et des droits des Arabes palestiniens citoyens de l’Etat d’Israël) ), Michal ROTEM (Membre de DUKIUM (Forum pour la coexistence dans le NEGUEV) ), Pierre ABECASSIS (Membre du Bureau national de l'UJFP ), Pierre STAMBUL (Co-Président de l'UJFP ), Irène STEINERT (Membre du Bureau national de l'UJFP ), Sarah KATZ (Membre du Bureau national de l'UJFP )