Vendredi 8 juillet

Face à la montée des exclusions et des populismes, un antiracisme nouveau est-il possible ? 

En tant que Juifs, c’est du racisme dont nous voulons parler, pas seulement de sa variante antisémite car nous voulons montrer comment la lutte contre le racisme est « une et indivisible ».

C’est du racisme dont nous voulons parler, pas seulement de sa variante antisémite. Nous voulons montrer ici comment la lutte contre le racisme est indivisible. Toutes les attitudes et toutes les politiques de rejet, d’exclusion, de persécution et d’épuration ethnique sont à combattre. Bien sûr, l’histoire de beaucoup d’entre nous, le souvenir des persécutions et du génocide juif nous incitent à une vigilance particulière, nous enjoignent de ne jamais être du côté des bourreaux, quels qu’ils soient. Nous avons certes dans le coeur cette blessure liée à l’antisémitisme et à Auschwitz, comme une écharde purulente. Mais nous vivons maintenant et nous devons constater que les principales victimes du racisme ne sont plus les Juifs. Il faut en parler aujourd’hui, dans l’après-Charlie, l’après-Bataclan, quand l’islamophobie se déchaîne, quand la négrophobie perdure, dans la crise des migrants dont on sait qu’elle n’est pas éphémère, quand les discours violents d’exclusion se répandent. Proposer notre parole juive contre le racisme aujourd’hui, c’est prendre le parti de l’universel, contre tous les nationalismses ; celui de la fraternité, contre les replis sur soi ; celui de l’action solidaire en faveur des réfugiés, des musulmans, des Noirs, des Rroms, des peuples en lutte contre l’oppression...

Intervenant-e-s : Pierre Chopinaud (Directeur de La voix des Rroms ), Anina Ciuciu (La voix des Rroms ), Franco Lollia (Brigade antinégrophobie ), Dominique Natanson (Animateur du site Mémoire Juive & Éducation ), Béatrice Orès (Membre du Bureau national de l'UJFP )